Anacyclose, le retour

Rédigé par hamlet le 04 mars 2017

"Historia est magistra vitae"(1) : c'était écrit en gros sur la première page de mon cahier d'Histoire de 6ème. Avant-hier...


C'est Platon qui formalisa le premier (dans La République, 315 avant JC) une théorie sur la succession des formes de gouvernement. Plus tard, elle fut développée par l'historien Polybe (200, 118 av. JC), illustrée par Cicéron (De Republica, 54 av JC), reprise 1500 ans après par Machiavel (1469-1527) puis par Rousseau et quelques auteurs plus modernes. N'ayant rien perdu de sa pertinence, elle témoigne qu'au fond, depuis ces 2300 ans, l'homme n'a qu'assez peu varié dans ses ressorts fondamentaux. Mais de quoi s'agit-il, qu'est-ce que l'anacyclose ?

Le terme d'anacyclose était employé par les astronomes Grecs, qui avaient constaté que le mouvement des étoiles les faisaient revenir de manière cyclique à leur exacte position de départ. L'analogie politique construite par Polybe tend à démontrer, de la même manière, que l'histoire des sociétés passe par six phases successives, pour revenir à la première, dans une succession déterminée.

L'organisation de la société n'est jamais le résultat du hasard, mais le plus souvent l'expression de règles qui 'appliquent à travers les contraintes de circonstances qui s'appliquent à elle. Ainsi, dans une société en crise profonde survient mécaniquement un homme providentiel, profitant du désordre de la crise pour s'emparer du pouvoir. Bien que porté, soutenu, protégé par les combattants du moment, il va user du pouvoir à titre personnel : la première phase est la monarchie.

Hélas, "tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser [...] il faut que par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir" (De l'esprit des Lois. Montesquieu 1748). C'est ainsi que le monarque, usant de l'arbitraire et de l'excès, fait glisser la monarchie vers la tyrannie.

Dans une tyrannie, ceux qui sont proches du pouvoir vont alors, faute de pouvoir le prendre, exiger de le partager. C'est le passage à l'aristocratie, "gouvernement des meilleurs", d'abord d'épée, puis de robe : "Cedant armae togae" (2) (Cicéron) : le légalisme devient l'outil de l'égalité.

Avec le temps la société se structure, les jalousies et les appétits augmentent, il faut composer avec ceux qui représentent une autre forme de pouvoir : les riches (la ploutocratie), les scientifiques et techniciens (la technocratie), les anciens (la gérontocratie), les travailleurs (Corporations, Unions syndicales), les médias (la médiacratie). L'alliance des uns et des autres mène à la quatrième étape, l'oligarchie : les forts, les riches, les intelligents, les expérimentés, les faiseurs d'opinion décident, en se recommandant d'un intérêt général qu'ils prennent soin de définir au mieux de leurs besoins.

Les éléments qui fondent le pouvoir de l'oligarchie ne parlent pas à l'âme des peuples. Aussi est-elle amenée à compenser ce déficit par des représentations symboliques (arbres, drapeaux, monuments, tombes) utiles pour maintenir sa prééminence. Pour "souder les équipes", elle est même prête à tuer le père (le monarque). L'efficacité de ces substituts n'étant pas éternelle, l'oligarchie décide alors de donner ou de laisser prendre au peuple, une partie du pouvoir en veillant à en perdre le moins possible. Elle glisse alors vers la démocratie, "le pire des systèmes à l'exception de tous les autres", selon Churchill, ou "le pouvoir pour les poux de manger les lions", selon Clémenceau. 

L'étape démocratique peut prendre diverses formes, de la démocratie directe Athénienne à la démocratie plus ou moins participative d'aujourd'hui, parée de telles vertus qu'il serait facile de l'imaginer comme un régime idéal, alors qu'elle n'est qu'un moment de l'évolution politique des corps sociaux. 

La démocratie finit elle aussi par ne pas durer, et dégénère vers l'ochlocratie, qui n'est plus le pouvoir du peuple (démos) mais de la foule (ochlos). La distinction, étudiée par Jean-Jacques Rousseau (le Contrat Social), est assez subtile : si l'essence de la démocratie est la recherche de la volonté générale, l'ocholocratie se cantonne aux intérêts des foules, et non de la population toute entière. L'État devient alors "la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde" (Frédéric Bastiat). Il en résulte un chaos général, qui ne pourra être maîtrisé par un homme providentiel, Napoléon 1er, Napoléon III, Clémenceau, ou de Gaulle, qui remettra l'anacyclose dans sa phase première.


Bien sûr, ces étapes ne se trouvent pas à l'état pur dans la nature, car d'une part les limites ne sont pas définies avec précision (par exemple, qui peut dire quand se termine la monarchie et commence la dictature ?), et elles ne s'excluent pas mutuellement (par exemple, certaines oligarchies peuvent subsister dans une démocratie).

Cependant, il peut être admis que la France parcours depuis quelques législatures les derniers stades de l'anacyclose. A cet égard, la fulgurante ascension d'Emmanuel Macron est symptomatique : soutenu par un système médiatique extrêmement puissant, avec une unanimité dont il ne reste plus d'exemple ailleurs qu'en Corée du nord, ce post-adolescent sans grande épaisseur humaine, avec un bilan gouvernemental particulièrement médiocre, qui n'était à l'origine qu'un pion dans une tactique imaginée par l'ancien président pour affaiblir ses adversaires, va devenir notre prochain dirigeant, principalement pour son physique avantageux et sa capacité, en toutes circonstance, à être d'accord avec cellzéceux de l'ensemble des parties, bien au contraire.

Selon Polybe, cette phase va donc nous mener à un chaos, qui devrait déboucher sur un retour au premier cycle de l'anacyclose.

(Merci à JBD)

1 "L'Histoire enseigne la vie" ou encore "le passé éclaire le futur" (Cicéron)
2 "Que les armes cèdent à la toge"
2 Voir à ce sujet : Totem et Tabou S. Freud

Classé dans : Société, Histoire - Mots clés : aucun - 5 commentaires

5 commentaires

#1 • Ciaran • samedi 13 mai 2017 à 09:45

Je suis déconcerté par l'enthousiasme sans restriction et sans critique dans les médias irlandais pour l'élection d'Emmanuel Macron en tant que président de la République française. Plus de trois millions d'électeurs français, 11 pour cent des personnes qui ont voté, sont allés aux bureaux de vote pour gâcher leurs votes, en signe de protestation contre le choix impossible entre les deux extrêmes de Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a été élu sans programme clair, sans parti et sans députés au parlement. Un banquier de carrière s'est brusquement mué un politicien de carrière. Il a commencé en tant que ministre socialiste avant de se transformer en un défenseur du marché libre particulièrement extrême. Une banque française a envoyé un courriel très pro-Macron à ses employés. Un employeur a déclaré à ses travailleurs pour qui voter. Aucun écho à ces pratiques et aucune indignation en raison de la campagne fortement financée par M. Macron et de son vaste réseau dans les banques, l'industrie et les médias.

En Irlande, il est inconcevable que les banques puissent présenter un candidat à la présidence, et encore moins le faire élire, mais les médias irlandais pensent que c'est une excellente nouvelle pour la France!

#2 • Jacques A. • lundi 08 mai 2017 à 22:22

Quel anacyclosiste professionnel, quand même, ce Macron ! Y'a pas que les astres, qui font des révolutions régulières, les lapins mécaniques aussi !


#3 • Dom • samedi 11 mars 2017 à 18:15

Ochlocratie ou pas, c'est quand même un fichu désordre en ce moment. Les inconnus l'illustrent de façon savoureuse ! :

#4 • JB • mardi 07 mars 2017 à 00:47

Cela amène à un autre sujet beaucoup plus "RH" et organisation du travail, parce qu'il pourrait là aussi y avoir une histoire de cycle.

On parle de plus en plus de l'holo ou holacratie : nouveau style de management horizontal basé sur l'intelligence collective reprenant une approche fractale de l'organisation, orientée vers la satisfaction d'un objectif commun et encourageant l'autonomie de chacun des acteurs.

Cela ressemble un peu à une doctrine sociale qui prônerait la subsidiarité, la solidarité, le bien commun et la dignité de l'homme...

Est-ce nouveau ? je ne sais pas : Y avait-il beaucoup de salariés parmi les bâtisseurs de cathédrales, comment ont-ils pu construire sans outils de mind-mapping élaborés, de PERT sophistiqués, de Lean améliorés, d'ERP, etc. et ils ont fait mieux que d'autres que nous connaissons ...

Comment étaient organisés les circuits de décision et de contrôle sur ces chantiers ... si vous savez ou si vous avez une idée ... "Historia est magistra vitae" ?

#5 • Steph • mardi 07 mars 2017 à 00:29

Pas très facile de savoir si on est actuellement en démocratie ou en ochlocratie. Ce qui est sûr, c'est qu'un homme providentiel, tout de suite, ne serait pas de trop !

Le sujet a été abordé de façon intéressante par Claude Nicollet, dans un discours à l'institut de France.

et également des éléments intéressants dans cet article (canadien) se demandant si l'élection de M. Trump n'est pas un passage vers l'ochlocratie.


Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire






Quelle est la dernière lettre du mot yjld ? :