Actualité de Nicolas de Hannappes

Rédigé par hamlet le 02 septembre 2018

Bien que datant de 2016, cet article de Jean-Pierre Maugendre n'a rien perdu de son actualité. Bien pire, les événements l'actualisent chaque jour davantage. Il devrait faire partie des texte à connaître par cœur, non seulement à l'ENA, mais aussi dans tous les séminaires.



Le 18 mai 1291, la ville fortifiée de Saint-Jean-d'Acre, ultime port croisé ayant résisté aux assauts des Mamelouks, tombait sous les assauts des troupes du sultan Al Ashraf Khalil. Cette chute marquait la fin de l'aventure des croisades en Orient. Parmi les nombreuses victimes se trouvait le patriarche latin de Jérusalem, Nicolas de Hannappes, religieux dominicain originaire des Ardennes. 

Pendant toute la durée du siège il avait été héroïque, soutenant le courage et l'ardeur des combattants. À l'heure de la fin, il avait embarqué à bord d'un navire mais, ne pouvant se résoudre à abandonner ses ouailles à leur triste sort, il avait exigé que l'on continuât d'accueillir à bord de son embarcation les fidèles qui fuyaient la ville assiégée. Le vaisseau surchargé finit par sombrer, entraînant dans l'abîme et la mort son équipage, les passagers et le patriarche lui-même. 

Est-il incongru d'observer que le patriarche, ainsi mu par une compassion aussi puissante que désordonnée, n'avait fait, concrètement, qu'ajouter du malheur au drame en cours ? Quelles leçons tirer de ce tragique événement ? 

La responsabilité des autorités politiques

À bord d’un navire, le responsable devant Dieu et les hommes en est le commandant et pas l’aumônier ni le passager aussi prestigieux et titrés soient-ils. C’est le commandant qui connaît le nombre de personnes que son embarcation peut embarquer. Analogiquement ce sont les autorités politiques et non les autorités ecclésiastiques qui sont en charge de mesurer quelle part de « nouveaux arrivants » peuvent supporter les nations dont elles ont la responsabilité. Le rôle de l’Église est simplement d’exhorter à la générosité comme le fit par exemple Pie XII en 1948 s’adressant aux évêques américains : «La domination de chaque nation bien qu'elle doive être respectée ne peut être exagérée au point que, si un endroit quelconque de la terre offre la possibilité de faire vivre un grand nombre d'hommes, on n'en interdira pas, pour des motifs insuffisants et pour des causes non justifiées l'accès à des étrangers nécessiteux et honnêtes , sauf s'il existe des motifs d'utilité publique, à peser avec le plus grand scrupule ». 

La prudence, vertu politique

La prudence qui est l'appréciation raisonnable des faits est, par excellence, la vertu des chefs. Il n'est pas demandé à une idée d'être généreuse mais d'être juste, c'est-à-dire conforme à la réalité des faits. Notre erreur, cruelle, serait de croire que la bêtise est inoffensive. Concernant l'immigration extra-européenne qui déferle sur notre continent, la prudence recommanderait de ne laisser pénétrer sur notre sol que des populations disposées à s'intégrer à notre civilisation, effectivement victimes de persécution dans leurs pays et en nombre suffisamment faible pour qu'elles soient assimilables. 

La prise de décision juste n'est pas réductible aux grands principes, si généreux soient-ils en apparence, déconnectés de la réalité. Le nombre de passagers que peut embarquer le navire dépend, aussi, de l'état de la mer. Quand Nicolas Sarkozy déclarait à Sofia, le 5 octobre 2007 : «Chaque fois que quelqu'un est humilié, est persécuté, est opprimé, il devient automatiquement Français», la consternation du lecteur le disputait alors à la commisération. 

Nous sommes en guerre

De plus est-il utile de rappeler qu'une partie du monde musulman, en particulier sunnite, nous a déclaré la guerre ? Une réalité s'impose : il n'est pas impossible que parmi les réfugiés musulmans sunnites issus du Moyen-Orient se soient glissés quelques terroristes islamistes. Le souci de cohérence exige que les actions suivent les déclarations et qu'après avoir pris acte de l'état de guerre dans lequel nous nous trouvons les autorités politiques et ecclésiastiques en tirent les conséquences logiques. 

Le catéchisme de l'Église Catholique le rappelle justement § 2241 : «Les nations mieux pourvues sont tenues d'accueillir autant que faire se peut l'étranger en quête de la sécurité et des ressources vitales qu'il ne peut trouver dans son pays d'origine. (…) Les autorités politiques peuvent en vue du bien commun dont elles ont la charge subordonner l'exercice du droit d'immigration à diverses conditions juridiques, notamment au respect des devoirs des migrants à l'égard du pays d'adoption. L'immigré est tenu de respecter avec reconnaissance le patrimoine matériel et spirituel de son pays d'accueil, d'obéir à ses lois et de contribuer à ses charges.» 

Forts de cet enseignement nous voilà habilités à rappeler à tous les héritiers spirituels, l'abnégation et le dévouement en moins, de Nicolas de Hannappes – ecclésiastiques dévoyés ou idéologues déracinés –, que nous ne laisserons pas le navire qui porte le beau nom de France être submergé au-delà de ses capacités d'accueil par des populations qui, loin de fuir le joug islamique, en sont, aujourd'hui, trop souvent les complices. 

Jean-Pierre Maugendre

Classé dans : Société, Politique, Histoire - Mots clés : aucun - Aucun commentaire

Le Duc d'Aumale, général à 21 ans, prend la Smala dAbd-el-Kader

Rédigé par hamlet le 19 décembre 2017

Après la prise d’Alger par les troupes françaises du général de Bourmont, le 5 juillet 1830, une longue et pénible campagne de pacification fut entreprise, marquée, entre autres anecdotes guerrières, par la fameuse bataille de la Smala d’Abd-el-Kader. Un article épique de José Castano, avec quelques emprunts à Wikipedia.  



On entend par smala, une réunion de tentes abritant un peuplement sous l’autorité exclusive d’un « chef de clan arabe ». Plus qu'un campement, la smala est une véritable capitale itinérante de quelque 30 000 personnes, composée d’hommes de toutes conditions, de femmes, d’enfants et de cinq mille combattants armés, fantassins et cavaliers.

La smala avait passé la fin de l’hiver 1843 à deux journées de marche au sud de Takdempt. Instruite qu’on était à sa poursuite, elle erra pendant quelque temps et se trouva le 16 mai à la source de Taguin.

Nommé gouverneur général de l’Algérie en décembre 1840, le général Bugeaud menait une politique de conquête totale et de colonisation de l’Algérie en n’ayant de cesse de poursuivre Abd-el-Kader, qui avait proclamé la « guerre  sainte » contre « l’occupant français ».Bugeaud avait été informé de la présence de la smala aux environs de Boghar. Il donna ordre au général Lamoricière ainsi qu’au général de brigade, Henri d’Orléans, prince d’Orléans, duc d’Aumale, de se mettre à sa poursuite.

Ce quatrième fils du roi Louis-Philippe, né à Paris le 16 janvier 1822 était âgé de vingt et un ans. Il avait fait ses premières armes en 1840 comme chef de bataillon au 4e régiment d’infanterie légère, puis comme lieutenant-colonel au 24e de ligne. Quand il avait été mis sous les ordres du général Bugeaud pour la première fois, le duc d’Aumale lui avait écrit le 25 juin 1841 : « Je vous prierai, mon général, de ne m’épargner ni fatigue ni quoi que ce soit. Je suis jeune et robuste et, en vrai cadet de Gascogne, il faut que je gagne mes éperons. Je ne vous demande qu’une chose, c’est de ne pas oublier le régiment du duc d’Aumale quand il y aura des coups à recevoir ou à donner ». A cela Bugeaud avait répondu non sans grandeur : « Vous ne voulez pas être ménagé, mon prince, je n’en eus jamais la pensée. Je vous ferai votre juste part de fatigues et de dangers, vous saurez faire vous-même votre part de gloire ».

Le 13 mai 1843, le duc d’Aumale qui désirait se rendre digne de son frère aîné (décédé peu de temps avant) et des commandements que sa naissance lui avait fait donner, partit de Boghar avec 1 300 fantassins et 600 cavaliers commandés par les deux plus beaux sabreurs de l’armée, le lieutenant-colonel Morris et le lieutenant-colonel Yousouf (nommé à ce grade par le roi aux Spahis d’Oran), devenu chef des spahis indigènes.

Trois jours après, il apprit que la smala se trouvait à 80 kilomètres au sud de Goudjila. Pour l’atteindre, il fallait franchir vingt lieues d’une traite sans une goutte d’eau. Alors que les soldats étaient à la recherche de la source de Taguin pour se désaltérer, le prince fut informé de la présence inattendue de la smala à cette même source et décida de s’y rendre avec sa seule cavalerie.

Abd-el-Kader était absent, ainsi que ses principaux lieutenants, mais leurs familles étaient là. Le 16 mai, les cavaliers français se présentèrent en vue de l’imposant campement. Qu’allait devoir faire le jeune duc ? Attendre l’arrivée des fantassins ou se risquer à engager, à six cents, le combat contre un ennemi redoutable et dix fois supérieur en nombre ? La tentation était cependant trop forte…

Confiant en la qualité guerrière de ses hommes, il ne tergiversa point et s’écria : « En avant ! ». Et, le sabre au poing, il mit sa monture au galop, imité en cela par ses hommes.Toute la cavalerie s’élança alors, répartie en trois groupes : l’un à gauche, commandé par le lieutenant Delage, le second au centre, ayant pour chef le lieutenant-colonel Morris, le troisième à droite, sous les ordres du capitaine d’Epinay, le lieutenant-colonel Yousouf demeurant aux côtés du duc.

Aussitôt le combat s’engagea avec les fantassins arabes. La cavalerie des Ilachems, tous parents de l’émir, se jeta à son tour dans cette mêlée confuse et meurtrière où l’on ne faisait pas de quartier. Enfin, le combat cessa dans une panique indescriptible et une fuite générale de la populace… Les arabes perdirent trois cents des leurs dans cette bataille épique et on dénombra neuf tués et douze blessés du côté français.

La smala d’Abd el-Kader, capitale mobile de l’empire nomade de l’émir venait d’être conquise. 

Outre le dépôt militaire, cela représentait une agglomération considérable vivant sous la tente et gardée par cinq mille soldats réguliers. Il y avait là toutes les richesses de l’émir, sa famille, son harem, ses archives, son trésor de guerre, ses ateliers de tous corps de métiers, ses provisions, ses armes, ses troupeaux, des otages de tous ordres et un nombre considérable d’esclaves pour servir et faire vivre un aussi gigantesque campement. Le peintre Horace Vernet, qui représenta la scène dans l’immense tableau du musée de Versailles, fit figurer Yousouf en bonne place.

Un des innombrables prisonniers dira à l’issue de la bataille : «  Quand nous pûmes reconnaître la faiblesse numérique du vainqueur, le rouge de la honte couvrit nos visages car si chaque homme de la smala avait voulu combattre ne fût-ce qu’avec un bâton, les vainqueurs eussent été les vaincus mais les décrets de Dieu ont dû s’accomplir ». Un des bons soldats d’Afrique, Charras, écrira à propos de ce hardi coup de main : « Pour entrer avec 600 hommes au milieu d’une pareille population, il fallait avoir vingt et un ans, ne pas savoir ce que c’est que le danger ou bien avoir le diable au ventre. Les femmes n’avaient qu’à tendre les cordes des tentes sur le chemin des chevaux pour les faire culbuter et qu’à jeter leurs pantoufles à la tête des soldats pour les exterminer tous depuis le premier jusqu’au dernier ».

Cette fois, la guerre semblait finie. Le 31 juillet 1843, Louis-Philippe éleva Bugeaud à la dignité de Maréchal de France et nomma le duc d’Aumale gouverneur de la province de Constantine… avant qu’il ne succédât à Bugeaud comme gouverneur de l’Algérie.

La prise de la smala eut une influence considérable sur la suite des opérations militaires contre l’émir. Elle condamna celui-ci à l’errance perpétuelle sur les confins algéro-marocains pour tenter d’échapper aux colonnes françaises… jusqu’au 23 décembre 1847, date à laquelle l’émir se décida à revenir en Algérie où il demanda l’aman (faire sa soumission) au colonel de Montauban représentant le général Lamoricière, à Sidi-Brahim, là, précisément, où il avait remporté une de ses plus grandes et plus cruelles victoires. Il fut exilé, à la demande de Louis-Philippe, à Pau puis au château d’Amboise avant d’être libéré et de partir pour l’exil. 

José CASTANO

Classé dans : Histoire - Mots clés : Duc d'Aumale, Abd-el-Kader - Aucun commentaire

Rafle du vel d'hiv : à qui profite le crime ?

Rédigé par hamlet le 16 juillet 2017

Les gouvernements recyclent l'histoire selon leurs intérêts et les contraintes qu'il subissent, jusque dans la promulgation de lois mémorielles qui sont un scandale pour tout historien. La tragédie du Vel d'Hiv en est un exemple particulièrement significatif.  



Ce 16 juillet 2017, Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahou, Premier ministre israélien, concélèbrent le 75ème anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv. A cette occasion, le Président de la République proclame que selon lui, «c’est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation et donc, pour presque tous, la mort des 13152 personnes de confession juive arrachées les 16 et 17 juillet [1942] à leur domicile»

 

Le Président français adopte ici une position inverse de celle que tenait le général De Gaulle. En effet, ce dernier considérait que le régime de Vichy n'était qu'une "autorité de fait", et que le seul gouvernement légitime était celui de la France Libre, à Londres. A ce titre, il s'était refusé à reconnaître la responsabilité de la France dans cette rafle.


Le droit donne raison au Général. En effet, la loi constitutionnelle de 1875 prévoit de pouvoir accorder au Parlement le droit de réviser la Constitution, mais ne l'autorise pas à déléguer ce pouvoir. Ainsi, le 10 juillet 1940, le vote des pleins pouvoirs constituants au Maréchal Pétain, bien que ratifié par 88% des parlementaires (649 sur les 846 ayant pris par au vote, 50% de gauche, 42% de droite et 8% sans étiquette), était-il entaché d'inconstitutionnalité. De Gaulle, s'appuyant sur les analyses de René Cassin, a contesté la légitimité de l'État Français dès le 27 octobre 1940, dans le manifeste de Brazzaville. Et à l'issue de la guerre, l'un des premiers textes du Gouvernement Provisoire sera l'ordonnance du 9 août 1944, déclarant "nuls et de nul effet" tous les actes relevant de l'État Français à compter du 16 juin 1940. Nul ne conteste aujourd'hui qu'en terme de droit l'État Français, en plus d'être inconstitutionnel, était juridiquement distinct de la République, en dépit des hommes qui ont pu appartenir aux deux régimes.


En 1992, Mitterrand dut faire face à un "appel" publié dans Le Monde par un "Comité Vel d'Hiv 42", poussé par le militantisme effréné de Serge Klarsfeld, exigeant rien moins de la France qu'elle endosse la responsabilité de la rafle, au nom de l'implication de certains de ses agents. Simone Veil avait fait part de son opposition à cette demande. Mitterrand, interrogé à ce sujet par Paul Amar, le 14 juillet 92, répondit au journaliste : "Ne demandez pas des comptes à la République, elle a fait ce qu'elle devait. L'État français, ce n'était pas la République". Il se rendra, le 16 juillet de cette année là, à la cérémonie du Vel d'Hiv, où il fut hué par les associations juives présentes. Il n'y prit pas la parole. Le 11 novembre, comme à son accoutumée, il fit déposer une gerbe sur la tombe du Maréchal Pétain. Mais en février 1993, il dût promulguer un décret instituant un "journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites commises sous l'autorité de fait dite "gouvernement de l'Etat français (1940-1944)", et s'abstenir désormais d'aller de faire fleurir la tombe du vieux Maréchal.


Jacques Chirac, dans un discours du 16 juillet 1995 dû à la plume de Christine Albanel, eut des mots très ambigus : "Oui la folie criminelle de l'occupant a été, chacun le sait, secondée par des Français, secondée par l'État français". Le discours reste ici parfaitement factuel : la rafle, décidée par l'occupant, a effectivement été organisée avec le concours des autorités françaises de l'époque, puis exécutée par sa police. Chirac pointe un rôle de relais, n'évoquant la question de la responsabilité de la France que de manière allusive. La suite du discours prend bien soin de distinguer "la France" de "l'État Français""cette France n’a jamais été à Vichy", et de relever l'action de "ces justes parmi les nations qui, au plus noir de la tourmente, en sauvant au péril de leur vie, comme l’écrit Serge Klarsfeld, les trois quarts de la communauté juive résidant en France, ont donné vie à ce qu’elle a de meilleur". Peine perdue : les commentateurs, militants, profiteront du manque de netteté du discours pour annoncer que la France endossait enfin la responsabilité de l'opération, et se réjouiront avec tapage d'une victoire qu'ils avaient pour partie inventée.


Si l'on s'en tient aux textes, l'opinion commune selon laquelle ce serait Jacques Chirac qui aurait le premier reconnu la responsabilité de la France n'est donc pas strictement vérifiée. En réalité, ce fut Hollande qui le premier affirma sans détour que la France y avait commis un crime, dans son discours du 22 juillet 2012 : "La vérité est dure, elle est cruelle. Mais la vérité, c'est que pas un soldat allemand, pas un seul, ne fut mobilisé pour l'ensemble de cette opération. La vérité, c'est que le crime fut commis en France, par la France". De nouveau, les commentateurs applaudirent bruyamment, saluant le pas franchi depuis Chirac. Richard Prasquier, président du CRIF, fait savoir sa satisfaction, ainsi qu'Arno Klarsfled, alors président de l'Office français de l'immigration et de l'intégration. Serge Klarsfeld, son père, président de l’association des Fils et filles des déportés juifs de France rappelle cependant que "si 11.000 enfants juifs ont été déportés" pendant la Deuxième Guerre mondiale, "60.000 furent sauvés par la population française, qui, dans son ensemble, mérite d’être qualifiée de juste". Si la droite récuse le propos d'Hollande, à gauche le PS applaudit, par les voix de Martine Aubry, première secrétaire, et de David Assouline, porte-parole, et même de Valérie Trierweiler, favorite à l'époque. Néanmoins, de fortes voix de gauche s'élevèrent contre le propos présidentiels. Entre autres, celles de Chevènement et de Pierre Bergé, pour une fois du même avis que Guaino. Et ceux qui avaient lu ce discours ont pointé les erreurs historiques qu'il contenait déjà.


Macron, dans un discours du 16 juillet 2017 attribué à la plume de Sylvain Fort, s'inscrit dans la ligne Hollande : "oui, je le redis ici, c’est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation". Macron justifie son négationnisme de la position gaullienne au motif que "Vichy ce n’était certes pas tous les Français, vous l’avez rappelé, mais c’était le gouvernement et l’administration de la France [...] La France de l’État français ne se substitua pas en une nuit à la France de la III° République. Ministres, fonctionnaires, agents, responsables économiques, cadres, professeurs, la III° République fournit à l’État du maréchal Pétain la plus grande partie de son personnel". Pour Macron, la France de Vichy est la France au plan du droit, nonobstant son inconstitutionnalité (ce qui implique que la France Libre ne soit pas "la France"), car selon lui, Vichy est la continuation morale de la République.


Que l'on se place au plan moral ou au plan du droit, ce qui demeure inacceptable dans les deux cas, c'est d'occulter volontairement les éléments principaux du débat.


Le premier élément de contexte, c'est qu'en 1942, la France a perdu la guerre que son gouvernement avait déclaré à l'Allemagne et que la défaite est totale. Que ses troupes ont été balayées en quelques semaines, que sa population a été jetée, hagarde, sur les routes de l'exode. Que la France de 1942 est à la botte de l'occupant nazi, qui envahira la zone libre en novembre, et qu'elle n'a aucun moyen de se soustraire à ses exigences. De cela, oui, le gouvernement de la République est comptable.


Le second élément de contexte, c'est qu'en 1942, la réalité épouvantable des camps de la mort est ignorée. Officiellement, les allemands ont besoin de main d'œuvre, et ne déportent que des travailleurs entre 16 et 50 ans. Berlin interdit la déportation des personnes de moins de 16 ans (c'est pour cette raison que les enfants du Vel d'Hiv ont été séparés de leurs parents). En cela, l'opération du Vel d'Hiv n'est qu'une opération de police presque "banale" dans le contexte d'une défaite absolue. Les effectifs français font ici un travail de police, certes marqué du sceau de l'injustice, mais il ne s'agit en aucun cas pour eux de participer à un crime collectif dont aucun n'a connaissance.


C'est masquer que l'intention de "la France", ou du gouvernement Français, comme on voudra, aura été de diminuer les exigences du vainqueur, et, contre toute attente, d'y réussir. L'occupant exigeait 40.000 juifs, René Bousquet avait proposé 10.000. La circulaire de police en avait désigné 27.000, 13.000 seront arrêtés. Tous les juifs Français ont été protégés, sans exception. Sans doute les négociations entre Bousquet et le Général SS Oberg, exécutant les ordres d'Adolf Eichmann, petit fonctionnaire borné selon l'appréciation d'Hannah Arendt, auront-elles été épouvantables, il n'en reste pas moins que des milliers de personnes leurs doivent la vie.


C'est masquer que l'antisémitisme français des années 30 n'a rien à voir avec l'antisémitisme nazi de la même époque. Serge Klarsfeld le rappelle lui même : "la population française, [...] dans son ensemble, mérite d’être qualifiée de juste". Faire de la France de 1942 un pays antisémite, au sens nazi du terme, au prétexte de l'action honteuse de certains français, est une contre-vérité absolue et dégradante, tout aussi inacceptable que celle qui consisterait à faire d'Israël un pays nazi, au prétexte de l'action honteuse de certains israélites, dont certains furent parmi les plus grands théoriciens du nazisme, et d'autres parmi ses collaborateurs, jusque dans les camps. 


C'est oublier fort à propos que d'autres personnes furent également parqués au Vel d'Hiv, deux ans plus tard, dont beaucoup trouvèrent une mort tout aussi arbitraire. Lorsqu'on est le Président des morts, on doit l'être de tous les morts, car de ces morts là, la République et "la France" sont indiscutablement comptables.

C'est masquer ce que la collaboration doit à la gauche, et ce que l'anti-germanisme doit à la droite maurrassienne, pour tenter de faire croire avec un cynisme absolu que la plus grande menace pesant sur la France serait constituée de onze millions de racistes et d'antisémites n'attendant que la victoire électorale d'une walkyrie blonde pour défiler à nouveau au pas de l'oie, car c'est bien l'image portée en creux par le début de son discours.


C'est faire semblant de ne pas savoir que morale et politique ne relèvent pas du même plan, et qu'une position moralement juste peut aussi être politiquement erronée, voire mortelle. Ainsi des Pays-Bas, dont les évêques avait fait lire dans les églises, en Juillet 1942, une lettre condamnant "le traitement injuste et sans merci réservé aux Juifs", lettre qui a été l'une des causes de l'accentuation des déportations dans ce pays, dont la population juive a finalement payé l'un des plus lourds tributs, au prix de son sang. 


Jupiter, s'il condamne sévèrement "la France" après 75 ans, n'a pas éprouvé le besoin d'exposer au vulgum pecus ce qu'il aurait fait, à la place du Préfet Bousquet, et osé garantir que le refus outré qu'il aurait opposé à Oberg l'aurait inévitablement conduit à abandonner l'opération Vel d'Hiv. Car il n'y avait pas de solution indiscutablement juste, et la solution du préfet Bousquet était peut-être la moins pire. Vaut-il mieux avoir les mains propres et l'âme couverte de sang, ou alors ne pas craindre de se salir les mains, pour tenter de diminuer le nombre des victimes ?


La question de la responsabilité se résous par la réponse à une question simple : cette opération aurait-elle eu lieu, si le III° Reich n'avait pas contraint l'État Français à y engager ses moyens ? Elle est évidemment négative, et ceci explique que la conscience universelle considère comme une évidence que la responsabilité essentielle, primordiale, écrasante, en revient à l'idéologie délirante du III° Reich, totalement étrangère aux traditions Françaises, et la responsabilité précise, méthodique, portée par l'autorité allemande, unique donneur d'ordre de l'opération du Vel d'Hiv. 


Il revient aux historiens, et non aux politiques, de débattre en toute liberté, de la responsabilité des personnes qui furent les acteurs de cette rafle. Responsabilité à différencier en fonction de leur degré de d'information, en fonction de l'appréciation de leur liberté de manœuvre, en fonction de la certitude qu'une conduite différente aurait été un mieux. C'est dire qu'il faudra du temps pour arriver à un pont de vue consensuel. Mais la seule certitude absolue de l'issue de ce débat, c'est qu'à l'évidence, aucun consensus d'historiens ne reconnaîtra "la France" comme responsable de la mort des déportés du Vel d'Hiv.


A l'étranger, cette polémique franco-française n'a eu strictement aucun écho, car il ne viendrait à aucun pays au monde de charger la France d'une responsabilité aussi grotesque.


Aussi, l'attitude du président Français pose question. Quelle contrainte, quels intérêts supérieurs, quelles nécessités, aura-t-il fallu pour que Président Macron se rende auteur d'un recyclage aussi grossier ? Et à qui profite ce crime délibéré - car il est inimaginable que Macron soit sincère - de falsification de l'histoire ? 





Le discours d'Emmanuel Macron mériterait à lui seul une exégèse détaillée, tant il s'inscrit avec intelligence dans la stratégie rhétorique qu'avait décrite Orwell dès 1949 ("1984"). Une telle étude mériterait un autre article, mais nous ne résistons pas à la tentation de présenter ci-dessous quelques points significatifs.

Big Brother pour les nuls

Macron ne craint pas d'énoncer : "Je récuse aussi ceux qui font acte de relativisme en expliquant qu’exonérer la France de la rafle du Vel d’Hiv serait une bonne chose. Et que ce serait ainsi s’inscrire dans les pas du général de Gaulle, de François Mitterrand qui, sur ce sujet, restèrent mutiques. Mais il est des vérités dont l’état de la société, les traumatismes encore vifs des uns, le déni des autres a pu brider l’expression."


C'est beau comme l'antique, mais comme souvent dans l'antique, tout est faux dans ce paragraphe. Du début à la fin.


Personne ne cherche à relativiser "parce que ce serait une bonne chose". Mais de grandes voix, De Gaulle, Mitterrand, Guaino, Chevènement, Bergé, Jeanneney, Le Pen, et bien d'autres, ont affirmé que de leur point de vue, la France n'était pas comptable des morts du Vel d'Hiv, au nom d'arguments explicites et non "parce que cela ne serait pas bien". L'intelligence de cette phrase consiste à instiller l'idée que ceux qui ont tenu l'opinion contraire à celle de Jupiter, pensaient en fait la même chose, mais l'auraient caché, parce que c'était "une bonne chose".


Poser que le Général De Gaulle et Mitterrand seraient restés "mutiques" est une contre-vérité historique éhontée, car les réactions de l'un et de l'autre ont été exprimées officiellement, comme en témoignent les multiples articles de presse de l'époque, au contraire de celles de Pompidou et Giscard, restés discrets. L'intelligence de cette phrase consiste à instiller l'idée que ne pas être mutique est un devoir moral, et de reprocher ce mutisme non pas à ceux qui sont restés mutiques, mais à ceux qui ne l'ont pas été, mais avaient une opinion contraire à celle de Jupiter. Plus c'est gros, plus ça passe.


Revenant ensuite sur son accusation précédente, Macron en dévoile l'explication : l'état de la société, la proximité des traumatismes, et le déni, seraient les causes du "mutisme" de De Gaulle et Mitterrand. Sauf que c'est au nom du droit constitutionnel que De Gaulle avait récusé la responsabilité de la République, et que c'est précisément à cause de l'état de la société que Mitterrand à été contraint de faire ce qu'il n'avait pas l'intention de faire, c'est à dire l'instauration d'une journée du souvenir. L'intelligence de ce passage consiste à diminuer la responsabilité personnelle des accusés aux yeux du lecteur inattentif, afin de rendre acceptable l'idée qu'ils aient pu être coupables. Une fois l'idée de cette culpabilité acceptée, l'étape suivante sera de nier les circonstances atténuantes invoquées au début. Facile.


La perversité manipulatrice de ce discours est absolument fascinante, et ce n'est pas pour rien que Sylvain Fort, précédemment plume de Laurent Vauquiez, est un ancien de Normale Sup. A chaque phrase, il faut se demander où est le piège. Et s'il n'est pas trouvé, relire la phrase. Bien peu d'esprits "normaux" sortiront indemnes de cette lecture, sauf à consentir à un travail de réflexion, de documentation, et de distanciation. Justement ce contre quoi conspire le monde moderne.


Jupiter pour les nuls

Le discours de Macron comporte aussi des passages odieux : "Ce que nous croyons établi par les autorités de la République sans distinction partisane, avéré par tous les historiens, confirmé par la conscience nationale s’est trouvé contesté par des responsables politiques français prêts à faire reculer la vérité. C’est faire beaucoup d’honneur à ces faussaires que de leur répondre, mais se taire serait pire, ce serait être complice." 


Ce paragraphe est effrontément mensonger dans sa première partie, puisqu'il n'existe aucune autorité ni aucun consensus d'historien qui aurait défini la responsabilité de la France. Par plus que de préoccupation de conscience nationale, qui ne se sent pas heureusement pas concernée spécifiquement par l'histoire du Vel d'Hiv, et à qui il ne viendrait pas à l'idée de s'affliger d'une culpabilité imaginaire.


Et dans sa seconde partie, le Président de tous les Français, adoptant une posture jupitérienne d'arbitre de la morale et de juge ultime de la vérité - décrète ex cathedra que sa rivale des élections présidentielle n'est qu'une faussaire à qui il ne veut bien parler, les sourcils froncés, que pour ne pas paraître son complice. Un maître-faussaire, ça ose tout.


L'homme que le Président Macron a invité à sa droite, et qu'il appelle affectueusement "Bibi", doit se tordre de rire. Benjamin Netanyahou, "Bibi" pour les intimes, classé infiniment plus à droite que Marine Le Pen, avait provoqué en octobre 2015 une indignation mondiale en affirmant qu'Hitler n'avait pas souhaité exterminer les juifs, mais qu'il s'agissait d'une idée du Mufti de Jérusalem. C'est dire qu'en matière de falsification d'histoire, "Bibi" est une sacrée référence.


Macron pour les nuls.

Plus loin dans ce discours, Emmanuel Macron dévoile enfin son plan contre la violence, issu de toute la complexité de sa pensée : "Ce sont toutes ces haines qui se fondent sur ce que l'on est, sur d'où l'on vient, sur ce que l'on croit que nous devons combattre"


Ces mots sont proprement stupéfiants. 


Ainsi, pour vaincre la haine, Emmanuel Macron nous admoneste de combattre tout à la fois l'identité, la mémoire, et les croyances ? 


Comment et pourquoi aurait-il fallu lutter contre le nazisme, s'il ne faut croire en rien ? Qu'est qu'une patrie, si l'identité n'est qu'une des sources de la violence ? Quel est l'avenir d'un homme sans mémoire ? 


Comment le peuple juif lui-même, qui ne doit sa survie depuis la chute de Jérusalem (Titus, 70) qu'à la jalouse préservation de ce en quoi il croit, de la mémoire d'où il vient, et de son identité, peut-il accueillir son discours ? Ne se sent-il pas concerné par ce programme d'Emmanuel Macron, qui pose ainsi les fondements d'un nouveau totalitarisme, pas très loin de celui inventé par Rosenberg, Feder, et Goebbels ?

Classé dans : Histoire - Mots clés : antisémitisme, nazisme, vel d'hiv, manipulation - 1 commentaire

Macron, séductions et révulsions

Rédigé par hamlet le 18 juin 2017

Beaucoup d'éditorialistes se sont interrogés pour savoir vers où le président Macron voulait emmener le pays. La réponse est-elle si difficile ?

Du temps qu'il était ministre de François Hollande, Emmanuel Macron s'était distingué par une importante capacité de travail. Les images du jeune ministre, discutant pied à pied et point à point en commission parlementaire, ont marqué les mémoires. Travailleur appliqué mais ministre médiocre, son effort fut sanctionné en proportion inverse des trésors d'énergie qu'il avait dépensé : malgré son adoption par la force - l'utilisation à deux reprises de l'article 49.3 - il serait difficile de démontrer que le résultat global de la loi Macron I soit positif, quand il serait mesurable. A tel point que François Hollande en décida de remettre la loi Macron II aux calendes grecques. C'était prudent.

Pourtant, les plus réfractaires au charme envoûtant du nouveau Président ne pourront refuser de lui reconnaître une remarquable audace. Tenir - et réussir - le pari d'"En Marche", il fallait quand même oser. Ils lui reconnaîtront également, même si elle a été soutenue par le dernier cri des techniques numériques, une habileté peu commune en matière de communication. Emblématique, l'utilisation immodérée du mantra incantatoire "et en même temps", qui lui a permis de parler avec un égal bonheur à ceux qui étaient pour et ceux qui étaient contre. N'est-ce pas cela, "rassembler" ? Et quelle réussite que cette mise en scène de son entrée en fonction, le soir du 7 mai, dans la cour du Louvre, où il avait su utiliser les symboles qui parlent au vieux Pays, et retrouver des accents régaliens qu'on croyait oubliés.

Audace et habileté sont des qualités indiscutables de notre nouveau chef d'État. Pour autant, suffisent-elles ?

Certes, Emmanuel Macron, pendant la campagne présidentielle, a dit à peu près tout et son contraire, entre deux formules vides de sens, et quelquefois niaises. Et jusqu'à ce jour du second tour des législatives, il s'est gardé d'une surexposition médiatique, imposant aux candidats présentés par son parti de faire de même. Ce qui lui permet notamment de masquer l'amateurisme de certains de ses impétrants, et de capitaliser sur l'effet positif du raz-de-marée macronien de l'élection présidentielle. Les images se gravent aussi en creux.

Quelques promesses de campagnes ont été opportunément abandonnées, moins de deux mois après son élection. Ainsi en est-il de la singulière proposition d'un retour au service militaire, ou du moins d'un service militaire réduit à un étiage tellement bas - un mois - qu'il n'aurait pas eu grand chose d'un service, ni rien de militaire. Ainsi est-il possible de parler à l'extrême-droite (le service), à la droite (un seul mois), et à la gauche, qui n'était pas assez aveugle pour ne pas voir que le projet était impossible à réaliser, faute de l'encadrement humain indispensable, et des infrastructures militaires nécessaires, régulièrement aliénées depuis 1996. Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Quelques affaires auront aussi été opportunément étouffées. Ainsi en est-il de Richard Ferrand. Si les costumes de Fillon lui ont valu une veste taillée sur mesure, les affaires immobilières de Richard Ferrand ont laissé de marbre enquêteurs, moralistes et autres gardiens sourcilleux de la moralité publique, réunis sous le haut-patronage de François Bayrou. Aucune enquête non plus sur les soupçons de détournement de fonds européens touchant ce même François Bayrou, mais aussi Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard. Et l'emploi de la femme de Bruno Le Maire ne fera pas non plus l'objet de remarques qui seraient déplacées. En France, monsieur, on respecte les dames.

Le thriller haletant de l'affaire Grégory, vieille de trente ans, concentrant l'attention des médias mainstream, il leur aura été impossible de s'interroger sur quelques sujets intéressants, comme par exemple, les possibles conflits d'intérêts entre l'actuelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et son statut d'ancienne salariée de laboratoires pharmaceutiques.Ou les approximations dans le casting des législatives : En Marche y avait adopté un processus de sélection tellement sévère que Manuel Valls n'avait pas pu en réussir les épreuves, ce qui n'a pas suffi à éliminer quelques candidats aux casiers judiciaires insolites, ou la présentation de candidats qui ne l'étaient pas, à l'insu de leur plein gré. Ou bien de revenir sur les propos peu amènes tenus par certains ministres du nouveau gouvernement au sujet du nouveau président, et la solidité de convictions qui en découle. Ou encore sur les curiosités des déclarations de patrimoine du Président, dont il est bien le seul à comprendre la cohérence, ou la liste des donateurs de sa campagne, qui doit être particulièrement intéressante.

Il faudra également pardonner à Emmanuel Macron d'avoir utilisé des poncifs éculés et quelque peu insultants, par son triple pèlerinage d'entre les deux tours de la présidentielle. Visage sombre, œil noir, et cravate de même couleur, il s'est rendu à Oradour, puis au mémorial de la Shoah, et enfin à l'endroit où un malheureux marocain, Brahim Bouarram, s'était noyé, poussé par des skinheads, à peu près la même époque que le petit Grégory. Ces démarches assez peu subtiles visaient à rappeler au peuple la noirceur extrême des électeurs de Marine Le Pen, tous fils de nazis, de gardiens de camps de concentration, et ratonneurs amateurs à l'occasion. Le premier tour avait démontré qu'il y en avait 11 millions, c'était énorme, et il y avait tout à craindre du risque que ces gens-là font peser sur la démocratie.

Tout cela, est-ce important ? Pas tellement. Car au delà de l'écume de l'actualité, sur les lignes essentielles, il n'y a aucune surprise à attendre du règne quinquennal d'Emmanuel Macron.

Sur l'Europe, la vision Macronienne, nourrie au mondialisme Bilderbergien (il en fait partie, comme Edouard Philippe ou Sylvie Goulard), va dans le sens d'une intégration toujours plus poussée. En témoigne son projet de budget Européen, qui conduirait, pour simplifier, à ce que les riches payent les dettes des pauvres, dans l'achèvement complet de la perte de la responsabilité budgétaire - ne parlons plus de souveraineté - des nations européennes. Il n'est pas certain que l'excellente Mme Merkel pousse la générosité de l'Allemagne jusqu'à régler les dettes de la Grèce.

Sur l'immigration, aucune modification n'est à attendre. A coups de pratiques discriminatoires, de lois "antiracistes", et d'"opérations de sauvetage", nous allons continuer à faire venir des Africains pour peupler nos banlieues, et demain nos villes. Dès aujourd'hui, la proportion de bébés de souche africaine naissant en Ile-de-France est de l'ordre de 60%. Dès aujourd'hui, les français de souche sont minoritaires, largement, dans certains départements. Cela n'inquiète pas le président Macron, qui, il est vrai, manque un peu de pratique en cette matière : à qui n'a pas d'enfant de son sang, si une telle expression est encore permise, le souci de l'avenir est moins angoissant.

Qui dit immigration parle d'identité. Ce qui n'est pas un sujet pour celui qui dit n'avoir jamais vu la culture française. Qu'il ne soit pas ici fait de mauvais procès : nul n'ignore qu'un certain nombre de chefs-d'œuvres de notre culture sont le fait d'artistes venus d'outre-France. Ce n'est pas de cela dont il s'agit : le problème du président Macron est qu'au fond, il n'est pas sûr qu'il soit Français. Car, nous serons d'accord, être français n'est ni une question de race, ni une question de papiers : or le président Macron est trop progressiste pour être seulement Français. Il est avant tout un concept, neutre et presqu'angélique, d'être humain global, homo economicus globalis, sans racines charnelles, en plus d'être un excellent acteur (il est vrai qu'il a eu la chance de bénéficier d'une remarquable professeur de théâtre). Avec lui, l'expression "les miens" devient un non-sens. Les siens, c'est tout le monde, puisqu'une fois la notion de frontière suffisamment oubliée, le monde n'est plus qu'un vaste espace global : je suis chez moi là où je pose mon sac à dos, ou ma valise Vuitton, selon les réussites sociales. C'est ainsi que tous deviennent apatrides.

S'il est une promesse de campagne qui sera respectée, ce sera celle de la hausse de la CSG. Au moment de l'élection de Giscard, en 1974, la France utilisait 33,5% de son PIB en dépenses publiques. Giscard avait péremptoirement estimé qu'au delà de 40%, le pays entrait en socialisme. Élégant, il s'était attaché à n'atteindre "que" le pourcentage de 39,4% à la fin du mandat qui a vu arriver Mitterrand. Aujourd'hui, nous en sommes à 53 ou 57%, selon les modes de calculs. Allez-vous croire que ces prélèvements extravagants soient le mal nécessaire à une meilleure répartition des richesses ? Que non : si en 1955 il fallait 29 ans à un ouvrier pour atteindre le niveau de vie d'un cadre, il en faut 166 en 2013*. C'est d'ailleurs le reflet de ce qui se passe au niveau mondial.

Si le Président Hollande a mis le pied à l'étrier au Président Macron, il y a un point sur lequel le Nouveau s'oppose à l'Ancien : celui de la Finance. Elle était l'ennemie jurée du premier, disait-il, tandis que le second y cultive de précieuses amitiés. Son message sur l'ISF, pour symbolique qu'il soit, est limpide : cet impôt révolutionnaire sera maintenu, mais les revenus du capital ne seront plus intégrés au calcul. Ce que l'on pourra excuser de la part de l'ancien banquier qu'il fut, tant il est naturel de montrer de la gratitude à son ancien employeur, et de l'amitié à ses anciens collègues. Mais plus loin, Emmanuel Macron n'a pas retenu dans ses objectifs prioritaires de réduire notre déficit budgétaire. Si la faiblesse des taux d'intérêt permet aujourd'hui que la charge de la dette ne soit pas encore au delà de nos capacités de remboursement (à elle seule, aux alentours de 50 milliards d'euros, elle est quand même le deuxième budget de l'État, derrière l'Éducation, et absorbe en totalité l'impôt sur le revenu), il suffirait d'un souffle, d'un rien, pour que ce souffle devienne le dernier soupir de l'économie française. En attendant, le poids de la parole politique diminue chaque jour, devant celle des créanciers.

Macron est discret sur le sujet du chômage. Il faut dire aussi que le chômage est utile : il ne faudrait pas qu'une pression trop forte sur le marché de l'emploi ne soit la cause d'un relèvement des salaires, qui rendrait notre pays moins compétitif. Il est également discret sur le nombre des fonctionnaires, leur productivité, leur niveau de rémunération et de retraite, et les avantages indus dont certains bénéficient, tandis que d'autres, au contraire, sont toujours parmi les damnés de la terre. Le dialogue social reste chose compliquée dans notre pays, le régime des ordonnances va permettre d'y pallier.

Sur les retraites, Macron s'est montré novateur : il a promis qu'il n'y aurait plus qu'un seul régime de retraite, et qu'un euro cotisé rapporterait la même chose au cadre supérieur ou au salarié de base. Mais que cela se traduirait par une baisse de leurs montants. Il est plus que probable que seule la seconde partie de cette promesse se réalise.

En matière sociétale, le Président, réputé très ouvert, est encore plus progressiste que ne le fut Christiane Taubira. Gérald Darma­nin, son ministre de l'action et des comptes publics, anciennement de droite, et maintenant ni de droite ni de gauche, bien au contraire, n'a pas tardé à se faire épingler pour des propos hostiles à la loi Taubira, qu'il avait tenus à l'époque nauséabonde ou il était porte-parole de Nicolas Sarkozy. Il n'est pas certain que les fantaisies érotiques conjugales racontées par Bruno Le Maire, du temps où il émargeait à l'UMP et s'essayait à la littérature, suffisent à calmer les nouveaux inquisiteurs, toujours prêts à brûler de l'homophobe ou à casser du sexiste.

Ce qui change, ce sont les codes, les apparences, le discours, et le personnel politique. C'est l'apparente jeunesse. Macron est une sorte de réincarnation de Giscard, qui en son temps avait séduit la ménagère comme le manager, avec les mêmes arguments, pour aboutir au désastre que l'on sait. Ce qui ne change pas, c'est la ligne de fond, tant qu'il est vrai qu'il faut que "si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change". Jacques Attali a eu cette appréciation sévère : « De quoi Emmanuel Macron est-il le nom ? − Du vide. Du vide de la politique française. Il n’incarne que le vide de cette gauche qui veut à la fois être au pouvoir et ne pas y être parce qu’elle déteste la gauche de gouvernement. Il est de ceux qui rêvent que la gauche ne soit pas au pouvoir. Emmanuel Macron a un talent fou… Si seulement, il se saisissait d’un programme… »

Les seuls domaines où une amélioration est certaine, en dehors du cynisme politique, ce sont ceux de la communication et de l'image, dont Emmanuel Macron maîtrise parfaitement les codes. Ce qui est à la fois une force, et une faiblesse, car si la victoire d'Emmanuel Macron est due essentiellement à ce savoir-faire et à l'unanimité flagorneuse des médias mainstream, s'il s'avise de dévier de ce que veulent de lui les propriétaires de ces mêmes médias (une dizaine de personnes qui se connaissent et ont des intérêts convergents), l'arme de son succès pourrait aussi devenir la cause de sa chute.

Il reste à reconnaître que la France est maintenant beaucoup mieux représentée par ce Président juvénile au visage angélique, illuminé par un sourire irrésistible, plutôt que par le précédent qui, en plus de faire tomber le pluie, nous infligeait sa cravate de travers, ses manches de chemise tire-bouchonnées, et sa démarche embarrassée de pingouin égaré sur la banquise. Emmanuel Macron a bien compris, à juste titre, qu'une certaine verticalité était nécessaire au pouvoir, qu'il lui fallait renouer avec son antique sacralité, à tel point qu'il avait osé l'idée d'un "président jupitérien". Le lendemain de son élection, certains se sont étonnés qu'il ne guérisse pas les écrouelles. S'il est un peu jeune encore pour endosser le costume du dieu des dieux, force est de reconnaître qu'Emmanuel Macron a quelque chose d'un prince : il n'est pas impossible que ce soit celui du mensonge.

*L'express n°3441 du 14 au 20/06/2017
** Challenges, interview du 13/05/2016

Classé dans : Société, Politique, Histoire - Mots clés : Macron, dépense publique, Europe, grand remplacement - 3 commentaires

Anacyclose, le retour

Rédigé par hamlet le 04 mars 2017

"Historia est magistra vitae"(1) : c'était écrit en gros sur la première page de mon cahier d'Histoire de 6ème. Avant-hier...


C'est Platon qui formalisa le premier (dans La République, 315 avant JC) une théorie sur la succession des formes de gouvernement. Plus tard, elle fut développée par l'historien Polybe (200, 118 av. JC), illustrée par Cicéron (De Republica, 54 av JC), reprise 1500 ans après par Machiavel (1469-1527) puis par Rousseau et quelques auteurs plus modernes. N'ayant rien perdu de sa pertinence, elle témoigne qu'au fond, depuis ces 2300 ans, l'homme n'a qu'assez peu varié dans ses ressorts fondamentaux. Mais de quoi s'agit-il, qu'est-ce que l'anacyclose ?

Le terme d'anacyclose était employé par les astronomes Grecs, qui avaient constaté que le mouvement des étoiles les faisaient revenir de manière cyclique à leur exacte position de départ. L'analogie politique construite par Polybe tend à démontrer, de la même manière, que l'histoire des sociétés passe par six phases successives, pour revenir à la première, dans une succession déterminée.

L'organisation de la société n'est jamais le résultat du hasard, mais le plus souvent l'expression de règles qui 'appliquent à travers les contraintes de circonstances qui s'appliquent à elle. Ainsi, dans une société en crise profonde survient mécaniquement un homme providentiel, profitant du désordre de la crise pour s'emparer du pouvoir. Bien que porté, soutenu, protégé par les combattants du moment, il va user du pouvoir à titre personnel : la première phase est la monarchie.

Hélas, "tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser [...] il faut que par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir" (De l'esprit des Lois. Montesquieu 1748). C'est ainsi que le monarque, usant de l'arbitraire et de l'excès, fait glisser la monarchie vers la tyrannie.

Dans une tyrannie, ceux qui sont proches du pouvoir vont alors, faute de pouvoir le prendre, exiger de le partager. C'est le passage à l'aristocratie, "gouvernement des meilleurs", d'abord d'épée, puis de robe : "Cedant armae togae" (2) (Cicéron) : le légalisme devient l'outil de l'égalité.

Avec le temps la société se structure, les jalousies et les appétits augmentent, il faut composer avec ceux qui représentent une autre forme de pouvoir : les riches (la ploutocratie), les scientifiques et techniciens (la technocratie), les anciens (la gérontocratie), les travailleurs (Corporations, Unions syndicales), les médias (la médiacratie). L'alliance des uns et des autres mène à la quatrième étape, l'oligarchie : les forts, les riches, les intelligents, les expérimentés, les faiseurs d'opinion décident, en se recommandant d'un intérêt général qu'ils prennent soin de définir au mieux de leurs besoins.

Les éléments qui fondent le pouvoir de l'oligarchie ne parlent pas à l'âme des peuples. Aussi est-elle amenée à compenser ce déficit par des représentations symboliques (arbres, drapeaux, monuments, tombes) utiles pour maintenir sa prééminence. Pour "souder les équipes", elle est même prête à tuer le père (le monarque). L'efficacité de ces substituts n'étant pas éternelle, l'oligarchie décide alors de donner ou de laisser prendre au peuple, une partie du pouvoir en veillant à en perdre le moins possible. Elle glisse alors vers la démocratie, "le pire des systèmes à l'exception de tous les autres", selon Churchill, ou "le pouvoir pour les poux de manger les lions", selon Clémenceau. 

L'étape démocratique peut prendre diverses formes, de la démocratie directe Athénienne à la démocratie plus ou moins participative d'aujourd'hui, parée de telles vertus qu'il serait facile de l'imaginer comme un régime idéal, alors qu'elle n'est qu'un moment de l'évolution politique des corps sociaux. 

La démocratie finit elle aussi par ne pas durer, et dégénère vers l'ochlocratie, qui n'est plus le pouvoir du peuple (démos) mais de la foule (ochlos). La distinction, étudiée par Jean-Jacques Rousseau (le Contrat Social), est assez subtile : si l'essence de la démocratie est la recherche de la volonté générale, l'ocholocratie se cantonne aux intérêts des foules, et non de la population toute entière. L'État devient alors "la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde" (Frédéric Bastiat). Il en résulte un chaos général, qui ne pourra être maîtrisé par un homme providentiel, Napoléon 1er, Napoléon III, Clémenceau, ou de Gaulle, qui remettra l'anacyclose dans sa phase première.


Bien sûr, ces étapes ne se trouvent pas à l'état pur dans la nature, car d'une part les limites ne sont pas définies avec précision (par exemple, qui peut dire quand se termine la monarchie et commence la dictature ?), et elles ne s'excluent pas mutuellement (par exemple, certaines oligarchies peuvent subsister dans une démocratie).

Cependant, il peut être admis que la France parcours depuis quelques législatures les derniers stades de l'anacyclose. A cet égard, la fulgurante ascension d'Emmanuel Macron est symptomatique : soutenu par un système médiatique extrêmement puissant, avec une unanimité dont il ne reste plus d'exemple ailleurs qu'en Corée du nord, ce post-adolescent sans grande épaisseur humaine, avec un bilan gouvernemental particulièrement médiocre, qui n'était à l'origine qu'un pion dans une tactique imaginée par l'ancien président pour affaiblir ses adversaires, va devenir notre prochain dirigeant, principalement pour son physique avantageux et sa capacité, en toutes circonstance, à être d'accord avec cellzéceux de l'ensemble des parties, bien au contraire.

Selon Polybe, cette phase va donc nous mener à un chaos, qui devrait déboucher sur un retour au premier cycle de l'anacyclose.

(Merci à JBD)

1 "L'Histoire enseigne la vie" ou encore "le passé éclaire le futur" (Cicéron)
2 "Que les armes cèdent à la toge"
2 Voir à ce sujet : Totem et Tabou S. Freud

Classé dans : Société, Histoire - Mots clés : aucun - 5 commentaires

Fil RSS des articles de cette catégorie

page 1 sur 2 suivante